160 ans de relations entre Hong Kong et la France

Le Consulat Général de France à Hong Kong et Macao célèbre en 2008 les 160 ans de relations entre la France et Hong Kong. 1848 marque en effet l’année où la France décide d’établir une représentation officielle à Hong Kong et où les Sœurs de Saint Paul de Chartres arrivent à Hong Kong pour y fonder des œuvres charitables, devenant ainsi la première institution française à s’installer sur le territoire. Ces célébrations revêtent plusieurs formes, expositions sur l’architecture, la science ou l’histoire maritime, colloque universitaire, préparation d’un ouvrage commémoratif et enfin parution d’articles historiques consacrés  aux multiples aspects de la présence française à Hong Kong depuis 160 ans, qui seront dorénavant également relayés par la Lettre du Souvenir Français en Chine.

Des Français avaient visité Hong Kong avant 1848, qu’il s’agisse d’Auguste Borget qui, en août 1838, peint plusieurs vues de l’île de Hong Kong, dont certaines sont conservées au musée d’Histoire de Hong Kong ou du Père Napoléon Libois, responsable des « Missions étrangères de Paris », qui décide en 1847 de transférer les Missions de Macao à Hong Kong. La ville, naissante, était en effet pour lui appelée « à devenir le centre logistique et financier idéal pour les activités des Missions en Asie ».

Ces voyageurs aventuriers et ces Pères dynamiques furent vite suivis à partir de 1848 par les Soeurs de Saint Paul de Chartres, qui créèrent à Hong Kong les premiers dispensaires, orphelinats et écoles pour pauvres. Puis, avec les marchands et les marins (les Messageries Maritimes) arrivèrent, dès 1862, les premiers banquiers (la Caisse d’Escompte de Paris) mais aussi les artistes, les journalistes, les joailliers et les scientifiques. Certains d’entre eux ont joué un rôle important dans l’histoire de Hong Kong. Ainsi d’Alexandre Yersin, chercheur de l’équipe du professeur Pasteur, qui, en 1894, isole à Hong Kong le bacille de la peste bubonique, découverte scientifique majeure qui permettra pour la première fois de soigner cette maladie endémique. D’autres contributions ont enrichi cette histoire des Français à Hong Kong, souvent des « premières » en Chine : le premier film projeté sur le territoire est, en 1897, un film des Frères Lumière et un pionnier franco-belge de l’aviation, Charles Van den Born, effectue en 1911 le premier vol d’un avion à Hong Kong. L’appareil est également français, un Farman IV, et sa réplique, qui a été le premier avion à utiliser le nouvel aéroport de Hong Kong en 1997, est exposée à l’aéroport, suspendue au plafond du terminal des passagers.

Les circonstances de cette histoire de la France à Hong Kong furent parfois plus tragiques. Ainsi, en septembre 1906 lors du terrible typhon Bingwu, le contretorpilleur « La Fronde » coule à Hong Kong et cinq marins sont portés disparus. Un monument est érigé à leur mémoire en 1908, maintenant visible au cimetière de Happy Valley. En décembre 1941, des dizaines de Français rejoignent les forces de défense de Hong Kong lors de durs combats où plusieurs d’entre eux perdent la vie. La tombe des Français Libres, au cimetière militaire de Stanley, rappelle leur sacrifice.

Ce ne sont là que quelques exemples de cette longue histoire partagée entre Hong Kong et sa communauté française. Des milliers de Français, illustres ou anonymes, sont passés ou ont vécu à Hong Kong, y laissant leur marque, y apportant leur énergie et leur passion et participant ainsi à l’histoire du territoire et de ses habitants. C’est cette histoire que Consulat général de France célèbre au deuxième semestre 2008 et début 2009. Les articles qui y seront consacrés vous feront découvrir des aspects méconnus, parfois insolites, parfois tragiques de cette riche et longue histoire entre Hong Kong et la France.

Christian Ramage